claudelelouch-roman

Lorsque j’ai tourné « Roman de gare» à Beaune en 2006, Alain Suguenot m’a proposé de mettre des locaux à ma disposition afin de créer une école de cinéma dans laquelle je pourrais transmettre mon savoir. Sa proposition m’a d’autant plus fait réfléchir que lorsque j’avais 18 ans, j’ai cherché désespérément une école pour apprendre le métier de cinéaste.

Une école ouverte aux autodidactes avec pour seul diplôme l’obsession du cinéma. Je n’en ai trouvé qu’une : les salles de cinéma.

Car bien que nos yeux soient les plus belles caméras du monde, nos oreilles les meilleures micros et notre cerveau la plus belle salle de montage, c’est dans une salle de cinéma que l’on apprend les mécanismes conscients et inconscients, rationnels et irrationnels de ce métier. Il fallait donc créer une école qui soit attenante à plusieurs salles de cinéma, ce qui est le cas à Beaune, car les deux sont indissociables.

Aujourd’hui, nous sommes tous des cinéastes mais personne ne sait filmer. Les nouvelles technologies ont mis à notre disposition pléthore de caméras à moindre coût, dont les téléphones portables mais encore faudrait-il savoir faire des choix, avoir un point de vue, construire une histoire, apprendre à la filmer, l’éclairer et la mettre en musique.

Pourquoi choisir de faire un gros plan sur le visage d’une femme, un plan large sur la même femme, un plan-séquence pour une minute d’éternité ? C’est pourquoi j’ai décidé de créer les Ateliers du Cinéma de Beaune qui seront destinés à TOUS et surtout à ceux qui souhaiteraient en faire leur métier.

Ce n’est pas une nouvelle école, c’est le cinéma d’auteur qui s’ouvre à tous pour donner une chance aux plus téméraires, aux plus grands amoureux du cinéma, à ceux qui veulent le vivre en vrai, en grand.

CLAUDE LELOUCH